journée du 28 SEPTEMBRE : un début

Déclaration du Bureau de l'Union Confédérale des Retraités-e-s CGT Revalorisation des retraites Monsieur le Président, le compte n'y est pas ! Appel à l'action le 28 septembre

Le Gouvernement a confirmé que les pensions seraient revalorisées à hauteur de 0,8 %, soit une augmentation de 5 euros à 13 euros par mois. Gérard Darmanin, le Ministre de l’Action et des Comptes publics, s’est félicité que « Pour une grande partie des retraités, le pouvoir d’achat va augmenter». La réalité est tout autre.

La revalorisation qui interviendra au 1er octobre résulte, non pas d’une attention généreuse et soudaine du Gouvernement, mais de l’application de la Loi de Finances du 29 décembre 2015 qui a fixé la revalorisation des pensions de retraite des régimes de base au 1er octobre de chaque année en fonction de l’inflation.

Rappelons, par ailleurs, qu’aucune revalorisation n’a été appliquée depuis le 1er avril 2013, à l’exception de celle de 2015 de… 0,1 %. On peut légitimement penser que, sans les actions du 12 septembre et les manifestations annoncées contre la hausse de la CSG le 28 septembre, le Gouvernement aurait, une nouvelle fois, prétexté des difficultés budgétaires pour surseoir à la revalorisation.

Mais le compté n’y est pas ! En effet, si l’on applique le dispositif actuel sur la période courant du 1er avril 2013 au 1er octobre 2017, c’est une revalorisation de 1,8 % qui devrait intervenir.

Ajoutons à cela que, selon nos informations, les retraites complémentaires ne seraient toujours pas revalorisées pour la 4ème année consécutive.

Comment oublier la contribution additionnelle pour l’autonomie de 0,3 %, imposée aux seuls retraités.

Mais surtout comment ne pas voir que cette revalorisation de 0,8 % interviendra 3 mois avant une augmentation de la CSG de 1,7 point, soit une augmentation de près de 25 % qui se traduira par une perte de pouvoir d’achat au minimum de l’ordre de 22 euros par mois !

Oui, contrairement à ce que semblent penser Emmanuel Macron et son Gouvernement, les retraités ont de la mémoire. La revalorisation de 0,8 % ne nous fera pas oublier qu’en 12 ans notre pouvoir d’achat a reculé de plus de 20 %. Et que dire de sa promesse de faire du pouvoir d’achat des retraités un des piliers de sa politique.

Et les retraités ont aussi une forte détermination. Ils la manifesteront le 28 septembre dans tout le pays, à l’appel de 9 Organisations de retraités, contre la hausse de la CSG. Et ils continueront de le faire jusqu’à ce que leurs pensions soient réellement revalorisées.

Montreuil, le 19 septembre 2017

Intersyndicale - Appel des 9 - LE 28 SEPTEMBRE 10H30, RASSEMBLEMENT DEVANT LE PALAIS DES CONGRÈS ET CORTÈGE JUSQU’À LA PRÉFECTURE. 

Appel de l'USR 66
Intersyndicale - Communiqué

Après les fortes mobilisations du 28 septembre, les retraité-e-s continuent.

Le jeudi 28 septembre, dans une mobilisation sans précédent, des dizaines de milliers de retraité-e-s ont répondu à l’appel des neuf organisations regroupant syndicats et associations (UCR-CGT, UCR-FO, UNAR-CFTC, UNIR-CFE/CGC, FSU, FGR-FP, UNIRS-SOLIDAIRES, LSR, UNRPA) par de multiples initiatives : manifestations, rassemblements, meetings…

Ils ont exprimé leur volonté de voir leur pouvoir d’achat augmenter. La ponction de 1,7 point supplémentaire de la CSG sans compensation qui va toucher 60 % des retraité-e-s, l’annonce d’un nouveau gel des pensions pour 2018, la baisse de l’APL qui s’ajoutent aux ponctions fiscales (CASA, demi-part veuf/veuve, fiscalisation de la majoration familiale pour trois enfants…) ont pour conséquence une baisse continue du pouvoir d’achat des retraité-e-s.

Ces mobilisations, imposantes, confirment les conclusions de l’enquête menée auprès de 12 000 personnes, enquête initiée par le groupe des neuf  organisations. La rencontre le même jour avec Mme BUZYN et M. DELEVOYE est un premier signal de reconnaissance lié au succès des actions du 28 septembre. En apportant 250 000 pétitions contre la hausse de la CSG, nous avons réaffirmé notre opposition ferme à son augmentation de 1,7 point et au gel des pensions pour 2018. La ministre n’a apporté aucune réponse à la colère des retraité-e-s. La réunion s’est conclue par un engagement de mettre en place des réunions de travail sur des dossiers les concernant.

Le groupe des neuf organisations renouvelle sa demande d’être reçu rapidement par le Président de la République pour traiter de questions concernant la place du retraité dans la société, la sauvegarde et la progression de son pouvoir d’achat, la mise en œuvre de la loi ASV.

Lors de sa prochaine réunion, dès le 9 octobre, il décidera de nouvelles initiatives et mobilisations.

Paris, le 29 septembre 2017

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *