promenons nous dans les bois

  • P1070424 P1070432 P1070855

 

 

 

 

Nos forêts sont de plus en plus mal entretenues ; voici le triste spectacle que l’on peut parfois découvrir au cours de nos randos.

La chenille processionnaire peut faire de gros dégâts et fait aussi figure de calamité sanitaire. Exemple-article Ouest France dont on appréciera la splendide neutralité : une plate description du phénomène et pas la moindre interrogation sur le rôle des gestionnaires.

De nombreux moyens de lutte existent pourtant :

 

 

  • L’ Écopiège :le piège à chenilles processionnaire du pin  Reportage TV-SUD
  • Le piège à Phéromones : le piégeage des papillons de la chenille processionnaire
  • La lutte biologique : pulvérisation de Bacillus Thuringiensis sur les aiguilles.
  • Lutte chimique
  • L’Échenillage : Lutte mécanique, enlèvement des nids par coupage et incinération.
  •  La protection des prédateurs naturels (pose de nids à mésanges)

 

A une époque où l’on disposait d’un arsenal plus restreint,  » l’administration des Eaux et Forêts » embauchait du monde pour éliminer manuellement le parasite ; certaines localités comptaient parmi leurs habitants un ou plusieurs salariés de terrain, fonctionnaires ou contractuels.

Le nouveau Souverain (la banque en général) étant devenu le créancier d’une  puissance publique qui ne veut plus s’embarrasser de  rentabilité à long terme (celle qui pense l’avenir et prend en considération l’immatériel et le non- marchand),  il n’est pas jusqu’au plus banal spectacle campagnard qui ne nous ramène aux dures réalités politiques du moment : le loup  est partout.

Excellente explication dans cet article de la NVO, janvier 2016

 

 

Mots-Clés : # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *