SOLIDARITÉ AVEC LES PERSONNELS DES EHPAD EN ACTION LE 30 JANVIER

 Lutter pour la dignité de nos aînés, c’est la conserver !

les Fédérations syndicales FO des services publics et de santé, CGT santé et action sociale, CGT des services publics, CFDT santé/sociaux, UNSA santé/sociaux et CFTC santé/sociaux, réunies le jeudi 14 décembre 2017, ont décidé d’appeler les personnels des établissements accueillant des personnes âgées et des services à domicile à une journée de grève nationale et de mobilisation le mardi 30 janvier 2018.

 

PÉTITIONS EN LIGNE

Les luttes revendicatives des salarié-e-s ont ouvert une brèche dans le mur de l’austérité !

Le gouvernement a été obligé de réagir et une mission parlementaire « Flash EHPAD » a été décidée. Le 13 septembre 2017, cette commission parlementaire a donné son rapport sur l’état des lieux des conditions de travail des salarié-e-s et de vie des résidents, et l’a intitulé : «la France ne fait pas son devoir auprès des personnes âgées ».

Pour que les objectifs prioritaires préconisés par cette commission parlementaire puissent se concrétiser et ainsi améliorer les conditions de travail dans nos EHPAD, il nous faudra exiger les moyens budgétaires nécessaires à attribuer à nos établissements. En effet, sans augmentation de l’enveloppe budgétaire de chaque EHPAD, comment atteindre :
– l’objectif de « mieux reconnaitre le métier d’aide-soignant-e et de valoriser leur statut » ?
– l’objectif de doter du personnel infirmier exerçant de nuit ?
– l’objectif d’augmenter les ratios : 1 ratio pour 1 résident.  

Tous concernés pour riposter à MACRON, le responsable de l’austérité !

Pour la dignité des personnes âgées et le respect des soignants, nous exigeons des moyens pour les EHPAD.

Nous, soignants de toutes professions, de toutes les régions de France, au nom de l’engagement humain de notre métier, il est de notre devoir d’alerter le ministère de la santé et le gouvernement sur l’insuffisance des effectifs et des moyens dans les établissements accueillant des personnes âgées (EHPAD) et dans les services d’aide à domicile.

La réforme de la tarification introduite par la Loi vieillissement dite « ASV », qui va se traduire par des suppressions massives de postes, est unanimement rejetée par les personnels soignants et leurs syndicats.

Les établissements accueillant des personnes âgées (EHPAD) et les services d’aide à domicile rencontrent de graves difficultés mettant en jeu la santé des résidents et des personnels soignants.

De nombreux EHPAD ont entamé des grèves dénonçant le sous-effectif, le manque de moyens humains et financiers et parfois les actes de maltraitance aux personnes âgées, conséquences directes de ces problématiques chroniques.

Malgré ces alertes, le Président de la République a refusé de recevoir une délégation des signataires de la lettre commune du 19/10/7 et du 07/12/17 initiée par les syndicats représentatifs du secteur.

La Ministre de la santé considère que les difficultés des EHPAD seraient dues à « un problème de management ».

Nous, soignants, exerçant notre métier chaque jour, au cœur de l’humain, condamnons ces déclarations qui ont pour objectif d’occulter la baisse des moyens alloués aux établissements dont les personnels sont déjà malmenés. Démissions, arrêts de travail, affections somatiques et psychiatriques des personnels soignants en mal d’humanité sont déjà les conséquences d’une vision marchande de notre système de santé.

Nous soignants, ne pouvons tolérer les dysfonctionnement de ces structures qui, faute de personnel et de présence médicale, n’ont d’autre choix que de transférer les résidents dans les services d’urgence, où ils patientent des heures sur des brancards dans des conditions indignes.

Nous soignants, nous soutenons la journée nationale d’action du 30 janvier 2018 ayant pour objectif d’améliorer l’accompagnement, les services et les soins envers les personnes âgées indissociables de l’amélioration des conditions de travail des professionnels, en exigeant du gouvernement qu’il réponde aux revendications de l’intersyndicale :

  • application du dispositif prévoyant un agent par résident, tel que prévu par la Plan Solidarité Grand Age ;

  • abrogation des dispositions législatives relatives à la réforme de la tarification des EHPAD, contenues dans la loi du 28 décembre 2015 ainsi que le retrait des décrets d’application ;

  • arrêt des baisses de dotations induites par la convergence tarifaire et exige par conséquent le maintien de tous les effectifs des EHPAD y compris les contrats aidés, qui doivent être intégrés et sécurisés ;

  • amélioration des rémunérations, des perspectives professionnelles et de carrières, dans le cadre du Statut et des conventions collectives nationales

Christophe Prudhomme (Médecin Urgentiste), Patrick Pelloux (Médecin Urgentiste), Sabrina Ali Benali (Interne en Médecine des Hôpitaux de Paris)

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *