Communiqué de la Fédération Nationale CGT des Personnels des Organismes Sociaux Projet de budget 2018, merci pour les Riches !

Baisse des cotisations sociales salariales, hausse de la cotisation sociale généralisée (CSG),
quasi disparition de l’ISF, baisse de l’imposition des revenus du capital. Le projet de budget 2018
qui vient d’être présenté par le gouvernement a sans doute tout pour plaire aux plus riches, mais
il va surtout se traduire par une aggravation sans précédent des conditions faites à la grande
majorité de la population.
La purge budgétaire sur l’emploi et le logement va se traduire par une baisse conséquente des
APL et la suppression de 200000 emplois aidés.
La hausse brutale de la CSG va impacter brutalement des millions de retraités.
A pôle emploi c’est 300 postes qui vont être supprimés alors que les besoins sont pourtant
tellement importants.
Le gouvernement va redistribuer de 5 à 8 milliards de recettes publiques aux plus riches pour un
gain macroéconomique plus qu’incertain. Il s’appuie sur la très fumeuse « théorie du
ruissellement » : les riches devenus plus riches sont censés investir davantage dans l’appareil
productif ce qui devrait (en théorie) profiter à terme aux pauvres qui trouveraient ainsi des
emplois. Cette théorie du ruissellement ne fonctionne pas : les riches deviennent certes toujours
plus riches mais les pauvres n’en profitent pas du tout ! Il faut en finir avec cette idéologie funeste
et revenir à un engagement fort de la collectivité pour rétablir des règles de justice sociale.
La commission européenne se dit plutôt satisfaite de l’annonce de ce budget. Ce qui a une
double signification. Elle valide une nouvelle étape dans l’austérité, mais elle ne s’en contente
pas et exige une accélération du démantèlement des investissements publics et du financement
de la protection sociale.
Pour nous les solutions sont ailleurs, et elles ne sont certainement pas dans le suivisme aveugle
d’une Europe livrée aux marchands et à la finance. Il faut que la fiscalité et les transferts sociaux
soient appliqués dans un souci de justice sociale.
– Lutter efficacement contre l’évasion fiscale, chaque année 80 milliards d’euros de recettes
ne sont pas collectées.
– Établir une fiscalité juste et équitable, qui ne ponctionne pas les plus pauvres, qui se
concentre sur les plus riches, sur le capital.
– Mettre fin au CICE et à toutes les mesures dites « d’allègements de charges » qui ne sont
qu’une façon détournée de casser la solidarité et de fragiliser la protection sociale.
– Financer à la hauteur des besoins les services publics et la protection sociale.
Les choix opérés visent à nous faire croire que l’argent n’existe pas, alors qu’il est largement
concentré et désormais mieux garanti aux plus riches. Nous disons que c’est faux, que d’autres
choix sont possibles et qu’il faut pour cela remettre l’humain au coeur du système.
Un budget en forme de nouvelle provocation à laquelle nous appelons tous et toutes à combattre
dans les mobilisations !
Montreuil le 29 septembre 2017

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *